La renarde d’un an.

DSC_3686

Bonjour mes belettes chéries!!

Ce mois-ci la renarde a soufflé sa première bougie!! Et en fait j’ai un peu réfléchi à cette année passée, un espèce de bilan global. Je vais surement radoter, mais cette année j’ai eu beaucoup de changements, tant dans ma vie, que dans ma façon d’être, et de me voir.

Énormément de choses ont changés! Je n’arrive même pas à les énumérer. Ainsi que ma façon de voir le blog. J’ai d’abord pensé à l’arrêter, parce que j’avoue je m’en veux parfois de voir certaines blogueuses qui postent tous les 2 jours avec une régularité impressionnante, et jamais de problèmes d’inspiration. Mais au final, je ne veux pas être comme tout le monde. Et je n’ai pas perdu l’envie et le plaisir d’écrire et de partager avec vous. Juste peu être de recalibrer ce sur quoi j’ai envie d’écrire.

Parce que c’est vrai que quand la renarde est née, j’avais d’autres envies, d’autres centre d’intérêts, d’autres attentes. Et que je ne soupçonnais pas perdre un jour. Maintenant ma façon de voir la vie, les choses, les priorités, a changé. Et donc j’adapte le blog.

Peu-être ne verrez-vous plus d’articles sur les box beauté, sur LA nouveauté dont tout le monde parle ect, parce que je n’ai plus envie de suivre comme un mouton, je veux écrire sur ce que j’aime. Et tampis si j’en perds quelques lectrices, j’en retrouverai peu être d’autres. Je ne veux plus courir après la popularité, je n’ai jamais postulé pour ça. Et je suis contente de voir que malgré mes absences, de plus en plus longues ces derniers mois, il y a toujours des gens qui viennent lire ce que j’écris.

Je n’arrête pas non plus le blog, parce qu’il me veut du bien. C’est ma petite bulle, juste vous et moi. Qu’il m’a beaucoup aidé quand j’allais mal, qu’il m’a donné ou redonné confiance en moi. Et que je trouve ça injuste envers vous et moi, de juste baisser les bras et de l’abandonner.

La renarde, il y a un an c’était juste un nom, maintenant c’est vraiment moi.

Et comme les bébés d’un an, je continuerai d’évoluer.

En tout cas, très chères lectrices, je vous aime et vous remercie d’être là.

La renarde.

Publicités